Comment est née l'ostréiculture?


Cueillie sur le littoral, elle était expédiée jusqu'à Rome où elle était très appréciée. L'huître était appelée « callibléphares », littéralement « belles paupières », par les romains en raison des bords de son manteau. Malgré le savoir-faire romain en matière d'ostréiculture, l'huître plate n'est pas cultivée en France à cette époque. Des écrits attestent que l'exploitation des gisements naturels d'huîtres plates se poursuit pendant le Moyen-Âge et à la Renaissance. C'est au XVIIème siècle que se développe une première culture d'huîtres dans les réservoirs des marais salants de la côte atlantique, puis dans des bassins spécialement aménagés dans la région de Marennes-Oléron. La méthode consistait à récolter les naissains d'huîtres sur des rochers ou en dragant sur des gisements naturels, pour ensuite les élever dans les bassins. Au XVIIIème siècle, le sel perd son rôle primordial de monnaie qu'il avait acquis au Moyen-Âge. Cette perte d'importance sociale et commerciale du sel entraîne la disparition de sa production, conduisant à la libération de nombreuses zones de marais salants. Le littoral Atlantique, particulièrement impacté par cette décision, dispose à présent de dizaines de milliers d'hectares de marais. La conchyliculture, et plus particulièrement l'ostréiculture, va ainsi se développer par le biais de ces différents marais qui ne vont ainsi pas être abandonnés. L'ostréiculture connaît toutefois une dépendance importante des naissains récoltés en mer sur les rochers ou par dragage. Les gisements naturels sont ainsi surexploités et s'épuisent. Dans les années 1850, tous les gisements français sont plus ou moins touchés par des interdictions d'exploitation. L'ostréiculture moderne va ainsi naître. Pour contourner la baisse des rendements de pêche de naissains d'huîtres plates et les interdictions d'exploitation, l'idée d'immerger des pieux de bois afin de capter le naissain apparaît : le captage sur collecteur est né.


L'importation d'huîtres portugaises


Pour faire face à la pénurie d'huîtres plates, les arcachonnais importent à partir de 1860 des huîtres portugaises (Crassostrea Angulata). Le hasard a voulu que cette espèce vienne également peupler nos eaux françaises et qu'elle y soit cultivée. En effet, dans les années 1860, un navire chargé de livrer des huîtres portugaises à Arcachon a dû décharger sa cargaison dans l'estuaire de la Gironde afin de pouvoir gérer au mieux la tempête qu'il subissait.

Cette espèce, robuste et résistante, croit vite. Elle supplante rapidement l'huître plate sur le littoral atlantique. Dans les années 1900, on capte ainsi un tiers d'huîtres plates, contre deux tiers d'huîtres portugaises. Frappée par des mortalités massives dans les années 1920, l'huître plate connaît une disparition presque totale. Initialement localisée dans le sud-ouest, l'huître portugaise fut alors introduite dans tous les bassins de production. Ainsi, dans les années 1960, la production d'huîtres portugaises représentait près de 80% des productions, contre seulement 20% pour l'huître plate. Cependant, dans les années 1970, l'huître portugaise connaît une epizootie qui la décime et fait disparaitre l'espèce des côtes françaises. L'introduction de l'huître creuse japonaise (Crassostrea Gigas) originaire du pacifique, à la suite de cette épidémie a permis la reprise de l'élevage d'huîtres creuses en France. Cette espèce est aujourd'hui l'espèce d'huîtres la plus cultivée en France et dans le monde.